mardi 9 mai 2017

Nos enfants, notre futur

Comme bien souvent, les campagnes électorales sont l'occasion de vœux pieux en matière d'éducation.

Chaque parti trouve une solution miracle pour que l'échec scolaire disparaisse tout en préservant soigneusement le système à deux vitesses où les inégalités sociales se perpétuent.

L'éducation nationale porte aujourd'hui mal son nom. L'on tente davantage d'instruire que d'éduquer.

Nos enfants ne sont pas que des machines à apprendre, il sont également des êtres en devenir...

Ce thème m'est particulièrement cher car, pour financer mes études, j'ai travaillé pendant de nombreuses années dans l'éducation. J'y ai relevé un certain nombre d'inepties qui sont pourtant faciles à corriger.

Tout d'abord, les manuels scolaires bien souvent mal conçus qui ne traitent le programme que de façon parcellaire. 

Il serait pourtant facile de concevoir un programme donnant lieu à un manuel unique pour chaque matière!

Les professeurs ne sont en rien responsable de cette gabegie qui ne profite qu'aux maisons d'édition...

Ensuite, les options ou les cours qui s'enchaînent sans considération des talents de chacun. 

Pourquoi ne pas laisser à chaque élève le soin de trouver la discipline où il se distingue? Un collégien sera très bon en sport, un autre en art, ou encore en théâtre...

 Laissons donc un peu de liberté à nos enfants pour qu'ils s'investissent dans des activités qu'ils aiment et qui leur permettent de s'épanouir.

Enfin, l'insuffisance du soutien pour les élèves en difficulté.

Il n'est pourtant pas compliqué de faire appel à des étudiants pour donner des cours de soutien ou de l'aide aux devoirs pour les élèves qui ont des difficultés dans les disciplines fondamentales.


Le problème n'est donc pas tant les éducateurs ou les élèves mais plutôt que l'on raisonne avec les enfants et les adolescents comme s'ils étaient déjà des adultes.

La pédagogie n'est pas une science magique qui permet de faire de brillants élèves, elle est au contraire un art qui permet à chacun de trouver sa place dans la société.

Certaines écoles privées l'ont compris depuis longtemps... Pourquoi ne pas donner ne pas donner cette même chance à tous les enfants de la République?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire